Projets

La Ligne de la Confédération

Une solution couvrant tout le cycle de vie

Vers la fin de 2012, le consortium du Rideau Transit Group Partnership (RTG), dont SNC-Lavalin fait partie, s’est vu octroyer un contrat de conception, de construction, de financement et d’entretien de la Ligne de la Confédération de la ville d’Ottawa, dans le cadre de l’un des plus grands projets de transport ferroviaire en partenariat public-privé (PPP) jamais entrepris en Amérique du Nord. Ce projet comprend la conversion du couloir existant de transport express par autobus d’Ottawa en un réseau complet de transport léger sur rail (TLR), ainsi que l’élargissement et la remise en état d’un tronçon de quatre kilomètres de l’autoroute ontarienne 417. À la phase I du projet, RTG construira 12,5 km de voie de guidage, 10 gares en surface, trois gares souterraines et un tunnel de 2,5 km sous le centre-ville même. Une fois ces travaux effectués, RTG fournira des services d’entretien pour le système de transport collectif pendant 30 ans.

Financement de valeur

Pour le projet, RTG a élaboré un montage financier solide, réaliste et très avantageux alliant un emprunt à court (sous forme de convention de crédit de rang supérieur renouvelable) et un emprunt à long terme avec un investissement en capitaux propres. Cette approche offrant des solutions concrètes a valu à la Ligne de la Confédération le Prix de la transaction nord-américaine de l’année 2013 dans la catégorie Transport décerné par la revue Project Financing. Ce prix, ainsi que les autres distinctions qui ont été accordées au projet, témoignent de la confiance des pairs dans le montage financier complexe qui a été élaboré par SNC-Lavalin pour le mégaprojet, de même que de la capacité de RTG de réaliser une série d’innovations financières et techniques majeures.

Rapide, efficace et écologique
La Ligne de la Confédération est une solution de transport léger sur rail à la fois durable et abordable qui permettra d’amener plus rapidement les passagers à destination et de réduire de façon substantielle la congestion routière de la capitale du Canada, de même que le fardeau qui pèse sur l’infrastructure liée au transport par autobus. Selon une étude effectuée par la Ville d’Ottawa, le projet aura également un impact positif sur l’environnement : remplacer des autobus fonctionnant au diesel par un mode de transport à l’électricité signifie consommer 10 millions de litres de carburant de moins chaque année et, par conséquent, réduire les émissions de CO2 d’environ 94 000 tonnes d’ici 2031.

Partager sur