Articles

Projet de nickel Ambatovy (Madagascar)

24 octobre 2014 Afrique , Madagascar

Établie conjointement par Sherritt International (40 %), Sumitomo (27,5 %), Kores (27,5 %) et SNC-Lavalin (5 %), Ambatovy exploite à Madagascar certaines des plus importantes mines et des plus grands complexes métallurgiques dans le monde, grâce à une capacité de production annuelle de 60 000 tonnes de nickel et de 5 600 tonnes de cobalt. SNC-Lavalin a fourni tous les services d’ingénierie, d’approvisionnement et de gestion de la construction (IAGC) de l’usine de préparation du minerai, de la centrale de pompage des boues, du pipeline de transport des boues sur 220 km, de l’usine de traitement et de la raffinerie (dont tous les services auxiliaires), des installations de gestion des résidus, de l’infrastructure des voies d’accès et de la modernisation des installations portuaires d’Ambatovy.

Ambatovy-038-content1.jpg

Un authentique mégaprojet

Le projet de nickel Ambatovy représente l’un des ouvrages les plus audacieux et les plus complexes de toute l’histoire de la région. Il a fallu consacrer des efforts considérables à la gestion du projet en raison de son envergure, de sa portée, de l’éloignement du site et de sa conception technique. SNC-Lavalin a fait appel à un logiciel de base de données intégré pour coordonner le personnel international chargé de la conception, les experts-conseil dans le monde entier, les entrepreneurs à pied d’œuvre, les équipes d’ingénierie et de construction sur le chantier et l’équipe de projet du client. Dans l’ensemble, plus de 350 commandes ont été passées, 90 contrats de construction ont été attribués et 5 000 pièces d’équipement mécanique et des milliers de tonnes de matériaux en vrac ont été commandés et livrés.

Dans la zone de la mine, il a fallu améliorer et prolonger les voies d’accès en prévision de la forte circulation causée par la construction et l’exploitation. Au chantier portuaire, SNC-Lavalin a prolongé une jetée existante permettant de prendre en charge des cargaisons supplémentaires sans perturber les livraisons de pétrole cruciales, et le déchargement sécuritaire de matières potentiellement dangereuses à proximité d’entrepôts de denrées alimentaires essentiels à l’approvisionnement national. En travaillant étroitement avec l’entrepreneur en battage de pieux au large et à l’aide de techniques de pointe en battage de pieux, elle a pu effectuer la modernisation sans interrompre les activités du port le plus achalandé et le plus stratégique de Madagascar.

Afin de minimiser l’empreinte sur l’environnement, l’impact visuel et les risques pour la sécurité, nous avons entièrement enfoui un pipeline de 220 km et conçu une seule station de pompage sur le site minier, éliminant ainsi des stations de surpression exposées et des installations terrestres. La surveillance régulière de l’état du pipeline alliée à un système de détection de fuites garantira un fonctionnement continu et sûr pendant les 30 années de vie prévues de la mine.

Le recours à la lixiviation acide sous haute pression sur le site a ajouté à la complexité du projet, et exigé des éléments particulier à considérer dans le traitement des boues à des pressions et à des températures élevées, ainsi que des systèmes de sécurité élaborés et un savoir-faire poussé en procédés et mécanique.

Ambatovy-038-content2.jpg

L’autonomie locale

Ambatovy se veut autant une vitrine du développement durable qu’un exemple de gestion de projet hors pair. L’île de Madagascar jouit d’un milieu naturel unique et d’une économie en développement. À titre de maître d’oeuvre de l’IAGC et de coactionnaire, SNC-Lavalin a tout mis en œuvre pour veiller à ce que le respect de la population et des écosystèmes exceptionnels de l’île soit au cœur de toutes les décisions adoptées dans le cadre de ce projet.

L’une des premières tâches de l’équipe du projet a consisté à chercher un moyen de permettre à la main-d’œuvre locale ainsi qu’à de petites et moyennes entreprises de participer à ce projet. À cette fin, SNC-Lavalin a mis sur pied une Initiative de développement des ressources locales (IDRL).

L’IDRL marquait les débuts d’un vaste programme de formation. Nous avons converti deux établissements en centres de formation des travailleurs locaux dans les domaines de la maçonnerie, du coffrage, du cintrage des barres d’armature, de la peinture, du soudage, de la santé et de la sécurité. En tout, plus de 6 100 Malgaches y ont été formés.

Ambatovy Worker Thumb

L’IDRL a également permis à des entreprises locales de participer à ce projet. On a demandé à de très petites, de petites et de moyennes entreprises (TPPME) de Madagascar d’exprimer leur intérêt envers les occasions d’affaires que susciterait le projet. SNC-Lavalin les a aidées à répondre aux appels d'offres, à faire l’ordonnancement des travaux, et à planifier la gestion de la santé, de la sécurité et de l’environnement. Des programmes de formation et de mentorat ont aussi été mis en œuvre dans les locaux de certaines TPPME. On a fait appel à des entreprises malgaches pour les travaux de terrassement, de bétonnage, d’installation de clôtures et de lutte contre l’érosion des sols, de même que pour fournir certains matériaux. Ce volet de l’IDRL a alors été intégré au projet sous forme d’Initiative des entreprises locales d’Ambatovy (IELA), qui relève du service de la Gestion de la chaîne d’approvisionnement et, encore aujourd’hui, continue de soutenir la vérification et l’expansion des entreprises locales.

Le projet Ambatovy a aussi, indirectement, procuré certains avantages à d’autres industries locales. Au plus fort des travaux de construction, 18 500 personnes travaillaient à ce projet, mais au lieu d’importer des aliments pour les nourrir, SNC-Lavalin a collaboré au développement du marché agroalimentaire local. Des accords de gré à gré ont ainsi été négociés pour construire des abattoirs de volaille, acheter des semences en vrac, aider à la logistique du transport des marchandises jusqu’aux points de vente, mettre sur pied une unité communautaire de compostage pour améliorer la qualité de la production, ainsi que pour assurer la formation et le perfectionnement des compétences.

Partager sur