Communiqués de presse

SNC-Lavalin annonce que le résultat net attribuable aux actionnaires a atteint 382 millions $ pour l’exercice 2017, une hausse de 50 % par rapport à l’exercice 2016

Montréal 22 février 2018

  • Résultat net attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin déclaré en vertu des IFRS de 382,0 millions $ (2,34 $ par action après dilution) pour l’exercice 2017, comparativement à 255,5 millions $ (1,70 $ par action après dilution) pour l’exercice de 2016.
  • Résultat net ajusté provenant d’I&C(1) de 351,3 millions $ (2,15 $ par action après dilution) pour l’exercice 2017, en hausse de 55,2 % comparativement à l’exercice 2016.
  • Résultat net ajusté provenant d’I&C(1) de 137,8 millions $ (0,78 $ par action après dilution) pour le T4 2017, en hausse de 87,6 % comparativement au T4 2016.
  • Solides flux de trésorerie d’exploitation de 376,2 millions $ au T4 2017.
  • Marge du RAIIA ajusté(7) provenant d’I&C de 8,6 % au T4 2017 et de 6,9 % pour l’ensemble de l’exercice, comparativement à notre cible d’excellence opérationnelle de 7 %.  
  • Perspectives pour 2018 : RPA ajusté dilué provenant d’I&C(2) entre 2,60 $ et 2,85 $ et RPA ajusté dilué consolidé(5) entre 3,60 $ et 3,85 $, révisés conformément à la norme IFRS 15 relative à la comptabilisation des revenus.

Pour regarder Neil Bruce commenter les résultats financiers du quatrième trimestre et de l’exercice 2017, cliquez ici.
Pour regarder Neil Bruce parler de la vision et des priorités de SNC-Lavalin pour 2018, cliquez ici.

Le Groupe SNC-Lavalin inc. (TSX : SNC) annonce aujourd’hui ses résultats du quatrième trimestre et de l’exercice terminés le 31 décembre 2017. 

« Nous sommes très satisfaits de notre rendement en 2017. L’acquisition d’Atkins, qui s’est révélée la plus grande et la plus transformatrice de notre histoire, nous a permis de continuer d’atteindre nos objectifs stratégiques de croissance et de positionner la Société de façon à ce qu’elle puisse tirer parti des occasions qui se présenteront. Nous avons cédé certaines activités non essentielles et à faible croissance, atténué davantage le risque de notre modèle d’affaires et mis en œuvre des pratiques de gouvernance plus rigoureuses afin de gérer de manière proactive notre portefeuille de projets, a déclaré Neil Bruce, président et chef de la direction, Groupe SNC-Lavalin inc. L’intégration des activités d’Atkins progresse bien et sera terminée en 2018. Nous sommes optimistes à l’égard de notre croissance et nous sommes convaincus que nous réussirons à concrétiser notre vision 2020. En plus de notre carnet de commandes, nous pouvons compter sur un grand éventail d’occasions d’affaires dans l’ensemble de nos secteurs d’activités et diverses régions en plus de synergies de revenus qui découlent des efforts déployés en matière de développement des affaires au sein de notre groupe élargi. Nous avons récemment été retenus à titre de soumissionnaire privilégié pour le système léger de transport rapide de Montréal, ce qui souligne la qualité de nos occasions d’affaires interne et renforce notre réputation de chef de file dans les infrastructures au Canada. » 

  • Le résultat net attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin déclaré en vertu des IFRS s’est établi à 52,4 millions $ (0,30 $ par action après dilution) pour le quatrième trimestre de 2017, comparativement à 1,6 million $ (0,01 $ par action après dilution) pour la période correspondante de 2016. Le résultat net attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin déclaré en vertu des IFRS pour le quatrième trimestre de 2017 comprend une charge sans effet de trésorerie de 42,5 millions $ visant à tenir compte de l’effet net estimé de la réévaluation des actifs et des passifs d’impôt différé de la Société aux États-Unis découlant de la réforme de l’impôt des sociétés aux États-Unis. Il comprend également des frais connexes à l’acquisition et des coûts d’intégration de 21,6 millions $ (après impôts), une reprise nette des coûts de restructuration et autres coûts de 1,9 million $ (après impôts), un amortissement des immobilisations incorporelles liées au regroupement d’entreprises de 61,3 millions $ (après impôts) et un redressement fiscal de 3,1 millions $ en lien avec des gains sur cessions antérieurement enregistrés. 
  • Le résultat net ajusté provenant d’I&C(1) s’est établi à 137,8 millions $ (0,78 $ par action après dilution) au quatrième trimestre de 2017, comparativement à 73,4 millions $ (0,49 $ par action après dilution) pour le quatrième trimestre de 2016, essentiellement en raison de l’augmentation du RAII sectoriel(6), partiellement contrebalancée par une hausse des impôts et des charges financières, surtout imputable au financement de l’acquisition d’Atkins. Sur le plan sectoriel, Infrastructures a continué d’afficher un bon rendement et a enregistré un RAII sectoriel(6) au quatrième trimestre de 2017 supérieur à celui du quatrième trimestre de 2016, tandis qu’Énergie a inscrit un RAII sectoriel(6) négatif au quatrième trimestre de 2017, principalement en raison d’une révision défavorable des prévisions de coûts pour le dernier projet de centrale thermique à prix forfaitaire d’ingénierie, approvisionnement et construction (IAC) de la Société. Les activités d’Atkins ont connu un autre excellent trimestre et ont affiché un RAII sectoriel(6) de 131,5 millions $ au quatrième trimestre de 2017 et une marge du RAII sectoriel(6) de 13,2 %, principalement grâce au solide rendement de ses activités de base et des synergies de coûts réalisées plus tôt que prévu.
  • La Société a enregistré des synergies de coûts d’environ 40 millions $ en lien avec l’acquisition d’Atkins en 2017 et est toujours en voie de dégager une somme de 120 millions $ en synergies de coûts d’ici la fin de 2018.
  • Le résultat net ajusté provenant de Capital(3) s’est établi à 34,9 millions $ (0,20 $ par action après dilution) au quatrième trimestre de 2017, comparativement à 42,6 millions $ (0,28 $ par action après dilution) pour la période correspondante de 2016. Cette diminution est principalement attribuable à une baisse de l’apport de certains investissements de Capital ainsi que de certains investissements de Capital au Canada transférés à SNC-Lavalin Infrastructure Partners LP qui a été en partie vendue en septembre 2017, partiellement contrebalancée par une augmentation des dividendes reçus de l’autoroute 407 ETR.
  • Pour le quatrième trimestre terminé le 31 décembre 2017, les produits provenant d’I&C ont atteint 2,9 milliards $, une augmentation par rapport aux 2,1 milliards $ au quatrième trimestre de 2016. La hausse est principalement attribuable aux produits supplémentaires de 1,0 milliard $ provenant de l’acquisition d’Atkins, qui a été en partie contrebalancée par un repli des secteurs Pétrole et gaz et Énergie. Le recul du secteur Pétrole et gaz est principalement imputable à la diminution des produits provenant du secteur du GNL, qui a été en partie compensé par l’accroissement des produits provenant de projets d’investissements de maintien au Moyen-Orient et de solutions modulaires pour des installations gazières aux États-Unis. La diminution du secteur Énergie est principalement attribuable à une baisse des produits du sous-secteur Énergie thermique, car la Société a décidé de retirer les services IAC de cette unité, mais a été partiellement contrebalancée par une hausse dans l’énergie nucléaire. Les produits du secteur Infrastructures sont essentiellement comparables à ceux du quatrième trimestre de 2016, et ce, malgré une baisse importante des produits attribuable à la cession, en décembre 2016, des activités d’I&C en France et de gestion de biens immobiliers au Canada qui étaient non essentielles à SNC-Lavalin. 
  • La valeur du carnet de commandes(8) se chiffrait à 10,4 milliards $ à la fin de décembre 2017. Les ajouts comptabilisés dans le carnet de commandes ont totalisé 1,9 milliard $ au quatrième trimestre et 6,7 milliards $ pour l’exercice 2017, dont 2,0 milliards $ dans Infrastructures, 1,7 milliard $ dans Pétrole et gaz, 0,8 milliard $ dans Mines et métallurgie et 0,5 milliard $ dans Énergie. La Société a également ajouté la valeur du carnet de commandes d’Atkins(8) en 2017. La valeur des contrats octroyés à Atkins en 2017 depuis son acquisition en juillet de la même année s’est chiffrée à 1,7 milliard $. Il est important de souligner que les contrats relatifs aux travaux d’IAC dans le cadre du projet de Réseau Express métropolitain (REM) qui prévoit la construction à Montréal d’un nouveau système de train léger sur rail ainsi que la fourniture du matériel roulant, de systèmes et de services d’exploitation et de maintenance (MRSEM) pour lequel SNC-Lavalin a récemment été choisi comme soumissionnaire privilégié, ainsi que le contrat de projet de parc éolien Stockyard Hill en Australie ne font pas partie du carnet de commandes en date du 31 décembre 2017. Ces contrats ajouteraient plus de 2 milliards $ au carnet de commandes. En 2018, le carnet de commandes de la Société sera remplacé par l’élément « obligations de prestation restant à remplir » qui est tiré de la norme IFRS 15 « Produits des activités ordinaires tirés de contrats conclus avec des clients », en vigueur depuis le 1er janvier 2018 pour la Société. En vertu de cette nouvelle norme, la Société évalue que l’« obligation de prestation à remplir » au début de l’exercice 2018 serait d’environ 3 milliards $ supérieure à la valeur du carnet de commandes, selon la définition de la Société au 31 décembre 2017. Combinées, ces deux augmentations auraient pour effet de porter la valeur totale du carnet de commandes de la Société à plus de 15 milliards $ en 2018.
  • Les flux de trésorerie nets provenant des activités d’exploitation ont totalisé 376,2 millions $ et la dette avec recours a diminué de 179,1 millions $ au quatrième trimestre de 2017. Au 31 décembre 2017, la Société continuait d’afficher des liquidités suffisantes, dont 0,7 milliard $ en trésorerie et équivalents de trésorerie, une dette nette avec recours de 1,3 milliard $, une capacité inutilisée de 2,3 milliards $ sur sa facilité de crédit renouvelable engagée de 2,75 milliards $ et un ratio de la dette nette avec recours sur le RAIIA ajusté(9) de 0,6. 

Perspectives pour 2018 

La Société vise une augmentation importante de son RPA ajusté dilué provenant d’I&C(2) pour 2018, soit entre 2,60 $ et 2,85 $, et de son RPA ajusté dilué consolidé(5), soit entre 3,60 $ et 3,85 $. Même si nous nous attendons à un certain effet saisonnier sur les activités d’I&C et à un RPA ajusté dilué inférieur au premier trimestre, nous croyons qu’il augmentera graduellement pendant le reste de l’année. 

Les perspectives pour 2018 sont basées sur la norme IFRS 15 à laquelle la Société est assujettie depuis le 1er janvier 2018 et qui sera appliquée selon la méthode rétrospective modifiée. Selon nous, la norme IFRS 15 entraînera une plus grande volatilité des résultats de la Société d’une période à l’autre, car les dispositions plus strictes relatives aux modifications de contrats pourraient retarder ou ralentir la comptabilisation des revenus des projets pluriannuels de la Société. À long terme, les résultats devraient toutefois être comparables. 

Même si nous croyons que certains secteurs de la Société devront continuer de relever des défis sur le marché en 2018, les synergies et les économies de coûts d’Atkins devraient être profitables. Par conséquent, nous nous attendons à ce que le RAII sectoriel(6) total de la Société dépasse en 2018 celui de 2017. Le RAII sectoriel(6) d’Atkins, de Mines et métallurgie et d’Énergie devrait augmenter, tandis que celui de Pétrole et gaz et Infrastructures devrait essentiellement se comparer à celui de 2017. Veuillez noter que les perspectives pour 2018 tiendront compte des activités d’exploitation d’Atkins et du financement de son acquisition sur une période de 12 mois, comparativement à une période d’environ six mois en 2017. Elles supposent également un nombre moyen pondéré d’actions en circulation d’environ 175 millions. Le taux d’imposition sur les activités ajustées d’I&C devrait s’établir entre 20 % et 25 %.  

Les présentes perspectives sont fondées sur les hypothèses et les méthodes décrites dans le rapport de gestion de 2017 de la Société à la rubrique « Comment nous établissons le budget et nos prévisions à l’égard des résultats »; elles doivent être lues en parallèle avec la rubrique « Énoncés prospectifs » ci-dessous et sont assujetties aux risques et incertitudes énoncés aux présentes, décrits plus en détail dans les documents d’information publiés par la Société. 

Dividende trimestriel

Compte tenu des perspectives à long terme de la Société, de sa position de trésorerie et du niveau de son carnet de commandes(8), le conseil d’administration a augmenté de 5 % le dividende trimestriel en espèces, qui passe à 0,287 $ par action et qui sera payable le 22 mars 2018 aux actionnaires inscrits en date du 8 mars 2018. Il s’agit de la 17e année consécutive au cours de laquelle le dividende par action de la Société est augmenté. Ce dividende est un « dividende déterminé » aux fins de l’impôt sur le résultat.

Conférence téléphonique et webdiffusion sur les résultats du quatrième trimestre de 2017

SNC-Lavalin tiendra une conférence téléphonique aujourd’hui à 15 h HNE (heure normale de l’Est), au sujet des résultats du quatrième trimestre. Pour vous joindre à la conférence téléphonique, veuillez composer sans frais le 1-800-281-7973 en Amérique du Nord, le 647-794-1827 à Toronto, le 438-968-3557 à Montréal ou le 080-0358-6377 au Royaume-Uni. Une webdiffusion audio en direct de la conférence téléphonique ainsi que le document de présentation qui l’accompagne seront disponibles à investisseurs.snclavalin.com. Un enregistrement de la conférence téléphonique sera mis en ligne sur notre site Web dans les 24 heures qui suivront celle-ci.

Mesures financières non conformes aux IFRS et autres mesures conformes aux IFRS

Les résultats financiers de la Société sont préparés conformément aux IFRS. Cependant, les mesures financières non conformes aux IFRS et autres mesures conformes aux IFRS suivantes sont utilisées par la Société : le résultat net ajusté provenant d’I&C, le RPA ajusté dilué provenant d’I&C, le résultat net ajusté provenant de Capital, le RPA ajusté dilué provenant de Capital, le RPA ajusté dilué consolidé, le RAIIA, le RAIIA ajusté provenant d’I&C, le RAII sectoriel et le carnet de commandes. Ces mesures non conformes aux IFRS et autres mesures conformes aux IFRS sont expliquées plus en détail ci-dessous et dans le rapport de gestion de SNC-Lavalin qui se trouve dans la section « Investisseurs » sur le site Web de la Société à l’adresse www.snclavalin.com. Les mesures financières non conformes aux IFRS n’ont pas de définition normalisée en vertu des IFRS et pourraient donc ne pas être comparables aux mesures semblables présentées par d’autres émetteurs. La direction est d’avis que, en plus des mesures conventionnelles préparées conformément aux IFRS, ces mesures financières non conformes aux IFRS permettent de mieux comprendre les résultats financiers de la Société et certains investisseurs pourraient utiliser ces informations pour évaluer le rendement de la Société d’une période à l’autre. Cependant, ces mesures financières non conformes aux IFRS comportent certaines limites et ne devraient pas être considérées séparément ni comme un substitut aux mesures de rendement préparées en vertu des IFRS.

À propos de SNC-Lavalin

Fondée en 1911, SNC-Lavalin est une entreprise mondiale spécialisée en gestion de projet offrant des services professionnels entièrement intégrés et un acteur de premier plan en matière de propriété d’infrastructures. À partir de bureaux situés dans le monde entier, les membres du personnel de SNC-Lavalin sont fiers de bâtir l’avenir. Nos équipes fournissent des solutions de projets complètes de bout en bout, notamment dans les domaines de l’investissement de capital, des services-conseils, de la conception, de l’ingénierie, de la construction, des investissements de maintien et de l’exploitation et de l’entretien, pour les clients dans les secteurs Pétrole et gaz, Mines et métallurgie, Infrastructures et Énergie. Le 3 juillet 2017, SNC-Lavalin a acquis Atkins, l’une des firmes offrant des services de conception, d’ingénierie et de gestion de projet les plus respectées au monde. www.snclavalin.com

(1) Le résultat net ajusté provenant d’I&C est défini comme le résultat net attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin provenant d’I&C, à l’exclusion des charges liées à la restructuration, à la rationalisation et autres, des frais connexes à l’acquisition et des coûts d’intégration, de l’incidence de la réforme de l’impôt sur les sociétés aux États-Unis ainsi que l’amortissement des immobilisations incorporelles liées aux regroupements d’entreprises et des gains (pertes) sur cession d’activités d’I&C et de l’immeuble du siège social. Les activités regroupées sous I&C sont définies dans les états financiers et le rapport de gestion de 2017 de la Société. Le terme « résultat net ajusté provenant d’I&C » n’a pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Par conséquent, il est possible qu’il ne soit pas comparable à des mesures semblables présentées par d’autres émetteurs. La direction utilise cette mesure pour comparer le rendement financier de la Société d’une période à l’autre d’une manière plus significative. La direction est d’avis que, en plus des mesures conventionnelles préparées conformément aux IFRS, certains investisseurs utilisent cette information pour évaluer le rendement de la Société. Voir le rapprochement ci-après.

(2) Le RPA ajusté dilué provenant d’I&C est défini comme le résultat net ajusté provenant d’I&C, divisé par le nombre moyen pondéré d’actions en circulation dilué pour la période.

(3) Le résultat net ajusté provenant de Capital est défini comme le résultat net attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin provenant de Capital, exclusion faite des gains sur cession d’investissements de Capital.

(4) Le RPA ajusté dilué provenant de Capital est défini comme le résultat net ajusté provenant de Capital, divisé par le nombre moyen pondéré d’actions en circulation dilué pour la période.

(5) Le RPA ajusté dilué consolidé est défini comme le résultat net ajusté provenant d’I&C plus le résultat net ajusté provenant de Capital divisé par le nombre moyen pondéré d’actions en circulation dilué pour la période.

(6) Le RAII sectoriel correspond à la marge brute moins i) les frais de vente, généraux et administratifs directs; ii) les frais de vente, généraux et administratifs corporatifs qui sont directement associés à des projets ou à des secteurs; et iii) les participations ne donnant pas le contrôle, avant impôts. Les frais qui ne sont pas attribués aux secteurs de la Société comprennent : les frais de vente, généraux et administratifs corporatifs qui ne sont pas directement associés à des projets ou à des secteurs, les coûts de restructuration, la dépréciation du goodwill, les frais connexes à l’acquisition et les coûts d’intégration, l’amortissement des immobilisations incorporelles liées aux regroupements d’entreprises, ainsi que les gains (pertes) sur cession d’activités d’I&C, d’investissements de Capital et de l’immeuble du siège social. Le terme « RAII sectoriel » n’a pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Par conséquent, il est possible qu’il ne soit pas comparable à des mesures semblables présentées par d’autres émetteurs. La direction utilise cette mesure pour comparer le rendement financier de la Société d’une période à l’autre d’une manière plus significative. La direction est d’avis que, en plus des mesures conventionnelles préparées conformément aux IFRS, certains investisseurs utilisent cette information pour évaluer le rendement de la Société.

(7) Le RAIIA ajusté provenant d’I&C est défini comme le résultat d’I&C avant les charges financières nettes (produits financiers nets), l’impôt sur le résultat et les amortissements, et ne comprend pas les charges liées à la restructuration, à la rationalisation et autres, ainsi que les frais connexes à l’acquisition et les coûts d’intégration, et les gains (pertes) sur cession d’activités d’I&C, d’investissements de Capital et de l’immeuble du siège social. Le terme « RAIIA ajusté provenant d’I&C » n’a pas de définition normalisée prescrite en vertu des IFRS. Par conséquent, il est possible qu’il ne soit pas comparable à des mesures semblables présentées par d’autres émetteurs. La direction utilise cette mesure pour comparer le rendement financier de la Société d’une période à l’autre d’une manière plus significative. La direction est d’avis que, en plus des mesures conventionnelles préparées conformément aux IFRS, certains investisseurs utilisent cette information pour évaluer le rendement de la Société.

(8) Le carnet de commandes est défini comme un indicateur prévisionnel des produits anticipés qui seront comptabilisés par la Société, établi en fonction des contrats octroyés considérés comme des commandes fermes. La direction pourrait devoir effectuer des estimations quant aux produits qui seront tirés des contrats à long terme de type remboursable qui ont été octroyés comme des commandes fermes. Afin de fournir une information comparable au carnet de commandes des autres catégories d’activité, la Société limite le carnet de commandes des activités O&M, qui peut s’étaler sur une période pouvant aller jusqu’à 40 ans, à la période dont l’échéance est la plus rapprochée, soit : i) la durée du contrat octroyé; ou ii) les 5 prochaines années. Le terme “carnet de commandes” n’a pas de définition normalisée en vertu des IFRS. Par conséquent, il est possible qu’il ne soit pas comparable à des mesures semblables présentées par d’autres émetteurs. La direction est d’avis que, en plus des mesures conventionnelles préparées conformément aux IFRS, certains investisseurs utilisent cette information pour évaluer le rendement futur de la Société.

(9) Le ratio de la dette nette avec recours sur le RAIIA ajusté se définit comme la dette nette avec recours divisée par le RAIIA ajusté sur douze mois consécutifs sur une base pro forma, comprenant le RAIIA ajusté provenant d'Atkins et DTS avant son acquisition par SNC-Lavalin, diminué de l’intérêt sur la dette avec recours limité. Le terme « ratio de la dette nette avec recours sur le RAIIA ajusté » n’a pas de définition normalisée prescrite en vertu des IFRS. Par conséquent, il est possible qu’il ne soit pas comparable à des mesures semblables présentées par d’autres émetteurs. La direction utilise cette mesure pour comparer le rendement financier de la Société d’une période à l’autre d’une manière plus significative. La direction est d’avis que, en plus des mesures conventionnelles préparées conformément aux IFRS, certains investisseurs utilisent cette information pour évaluer le rendement de la Société.


Sommaire des résultats financiers de SNC-Lavalin

  (en milliers de  dollars canadiens, à moins d’indication contraire) Quatrième trimestre Exercice terminé le
 31 Décembre
  2017 2016 2017 2016
         
Produits        
Provenant d’I&C 2 867 747 2 146 484 9 096 715 8 223 085
Provenant de Capital 50 089 64 653 238 003 247 748
  2 917 836 2 211 137 9 334 718 8 470 833
         
Résultat net attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin
Provenant d’I&C
  14 277   (38 435)   175 995   46 346
Provenant de Capital 38 079 40 011 206 040 209 187
  52 356 1 576 382 035 255 533
         
Résultat dilué par action ($)
Provenant d’I&C
Provenant de Capital
  0,08
0,22
  (0,26)
0,27
  1,08
1,26
  0,31
1,39
  0,30 0,01 2,34 1,70
         
         
Résultat net ajusté attribuable aux actionnaires de SNC-Lavalin
Provenant d’I&C (1)
Provenant de Capital (3)
  137 775
34 942
  73 449
42 620
  351 284
171 032
  226 397
160 750
  172 717 116 069 522 316 387 147
         
Résultat ajusté dilué par action ($)
Provenant d’I&C (2)
Provenant de Capital (4)
  0,78
0,20
  0,49
0,28
  2,15
1,05
  1,51
1,07
  0,98 0,77 3,20 2,58
  RAIIA ajusté provenant d’I&C (7)
Marge du RAIIA ajusté provenant d’I&C
  245 863
8,6 %
  107 971
5,0 %
  629 021
6,9 %
  371 880
4,5 %
         
         
Carnet de commandes (8)     10 406 400 10 677 400
         
Trésorerie et équivalents de trésorerie     706 531 1 055 484
         
Dette à long terme avec recours     1 345 539 349 369


Rapprochement du résultat net déclaré en vertu des IFRS et du résultat net ajusté

  Résultat net déclaré Charges (reprises) nettes liées au plan de restructuration et de rationalisation et autres Acquisition Gain net sur cession  d’activités d’I&C, de l’immeuble du siège social, et  d’investissements  de Capital Incidence de la réforme de l’impôt sur les sociétés aux États-Unis Résultat net   ajusté    (Non-IFRS)
      Frais connexes à l’acquisition et coûts d’intégration Amortissement des immobilisations incorporelles liées aux regroupements d’entreprises      
  Quatrième trimestre 2017
En M$
I&C 14,3 (1,9)1 21,6 61,3 - 42,54 137,8
Capital 38,1 - - - (3,1)3 - 34,9
  52,4 (1,9) 21,6 61,3 (3,1) 42,5 172,7
  Par action après dilution ($)
I&C 0,08 (0,01) 0,12 0,35 - 0,24 0,78
Capital 0,22 - - - (0,02) - 0,20
  0,30 (0,01) 0,12 0,35 (0,02) 0,24 0,98
  Exercice terminé le 31 décembre 2017
En M$
I&C 176,0 25,42 97,2 112,6 (102,4) 42,54 351,3
Capital 206,0 - - - (35,0) - 171,0
  382,0 25,4 97,2 112,6 (137,4) 42,5 522,3
  Par action après dilution ($)
I&C 1,08 0,15 0,60 0,69 (0,63) 0,26 2,15
Capital 1,26 - - - (0,21) - 1,05
  2,34 0,15 0,60 0,69 (0,84) 0,26 3,20

1 Ce montant comprend la reprise d’un montant de  1,1 million $ (0,7 million $ après impôts) de charges qui ne répondaient pas à la définition de coûts de restructuration en vertu des IFRS. 

2 Ce montant comprend 5,1 millions $ (5,3 millions $ après impôts) de charges nettes qui ne répondent pas à la définition des coûts de restructuration conformément aux IFRS. 

3 Redressement fiscal en lien avec des gains sur cessions antérieurement enregistrés.

4 Compte tenu de la réforme de l’impôt sur les sociétés aux États-Unis, la Société a comptabilisé une charge sans effet de trésorerie qui reflète l’effet net estimé de la réévaluation de ses actifs et de ses passifs d’impôt différé aux États-Unis.


  Résultat net déclaré Charges nettes liées au plan de restructuration et de rationalisation et autres Acquisition Perte nette (gain) sur cession d’activités d’I&C, et d’investissements de Capital Résultat net ajusté    (Non-IFRS)
      Frais connexes à l’acquisition et coûts d’intégration Amortissement des immobilisations incorporelles liées aux regroupements d’entreprises    
  Quatrième trimestre 2016
En M$
I&C (38,4) 53,91 0,2 13,2 44,6 73,5
Capital 40,0 - - - 2,6 42,6
  1,6 53,9 0,2 13,2 47,2 116,1
  Par action après dilution ($)
I&C (0,26) 0,36 0,00 0,09 0,30 0,49
Capital 0,27 - - - 0,01 0,28
  0,01 0,36 0,00 0,09 0,31 0,77
  Exercice terminé le 31 décembre 2016
En M$
I&C   46,3 77,62 3,4 54,5 44,6 226,4
Capital 209,2 - - - (48,5) 160,7
  255,5 77,6 3,4 54,5 (3,9) 387,1
  Par action après dilution ($)
I&C 0,31 0,52 0,02 0,36 0,30 1,51
Capital 1,39 - - - (0,32) 1,07
  1,70 0,52 0,02 0,36 (0,02) 2,58

1 Ce montant comprend la reprise d’un montant de  8,5 millions $ (8,0 millions $ après impôts) de charges qui ne répondaient pas à la définition de coûts de restructuration en vertu des IFRS. 

2 Ce montant comprend la reprise d’un montant de  4,2 millions $ (6,0 millions $ après impôts) de charges qui ne répondaient pas à la définition de coûts de restructuration en vertu des IFRS. 

Énoncés prospectifs

Dans le présent communiqué de presse et ci-après, le terme « Société » ou le terme « SNC-Lavalin » désigne, selon le contexte, le Groupe SNC-Lavalin inc. et toutes ou certaines de ses filiales ou partenariats, ou le Groupe SNC-Lavalin inc. ou l’une ou plusieurs de ses filiales ou partenariats.

Les énoncés contenus dans le présent communiqué faisant état des budgets, des estimations, des attentes, des prévisions, des objectifs, des prédictions, des projections pour l’avenir ou des stratégies de la Société ou de la direction peuvent être des « énoncés prospectifs » et peuvent être signalés par l’utilisation de verbes ou de termes tels que « anticiper », « s’attendre à », « cibler », « croire », « devoir », « économie de coûts », « espérer », « estimer », « évaluer », « planifier », « pouvoir », « présumer », « prévoir », « projeter »,  « synergies » ou « vision », ainsi que par l’emploi du conditionnel ou du futur, que la tournure soit négative ou positive et quelle que soit la variante utilisée. Les énoncés prospectifs incluent également toutes les autres affirmations qui ne s’appuient pas sur des faits historiques. Ils comprennent également les énoncés liés aux éléments suivants : i) les dépenses d’investissement futures, les produits, les charges, les bénéfices, les résultats économiques, l’endettement, la situation financière, les pertes et les projets à venir; et ii) les stratégies d’affaires et de gestion, l’expansion et la croissance des activités de la Société. Tous ces énoncés prospectifs sont formulés conformément aux règles refuges des lois sur les valeurs mobilières canadiennes applicables. La Société met en garde le lecteur que ces énoncés prospectifs, par leur nature même, comportent des risques et des incertitudes, et que les actions et/ou les résultats réels de la Société pourraient différer significativement de ceux contenus explicitement ou implicitement dans de tels énoncés prospectifs, ou pourraient avoir une incidence sur le degré avec lequel une projection particulière se réalisera. Les énoncés prospectifs sont présentés dans le but d’assister les investisseurs et autres personnes dans la compréhension de certains éléments clés des objectifs, priorités stratégiques, attentes et plans actuels de la Société, ainsi que pour leur permettre d’avoir une meilleure compréhension des activités de la Société ainsi que de l’environnement dans lequel elle prévoit exercer ses activités. Les lecteurs sont mis en garde que de telles informations peuvent ne pas être appropriées pour d’autres usages.

Les perspectives pour 2018 dont il est fait mention dans le présent communiqué de presse constituent de l’information prospective; elles ont été établies selon la méthode décrite dans le rapport de gestion 2017 de la Société à la rubrique « Comment nous établissons le budget et nos prévisions à l’égard des résultats », et sont assujetties aux risques et aux incertitudes décrits dans les autres documents d’information publiés par la Société. Les perspectives pour 2018 ont pour objet de fournir au lecteur une indication des attentes de la direction, à la date du présent communiqué de presse, concernant le rendement financier futur de la Société, mais le lecteur doit savoir que ces renseignements peuvent ne pas convenir à d’autres fins.

Les énoncés prospectifs formulés dans le présent communiqué sont basés sur certaines hypothèses qui sont jugées raisonnables par la Société en date de ce communiqué. Les hypothèses sont posées tout au long du rapport de gestion 2017 de la Société, particulièrement dans les sections intitulées « Jugements comptables critiques et sources principales d’incertitudes relatives aux estimations » et « Comment nous analysons et présentons nos résultats ». Les perspectives pour 2018 supposent également que les accusations portées en vertu des lois fédérales contre la Société et ses filiales indirectes SNC-Lavalin International inc. et SNC-Lavalin Construction inc. le 19 février 2015 n’auront pas d’effet négatif significatif sur les activités de la Société en 2018. Si ces hypothèses s’avèrent inexactes, les résultats réels de la Société pourraient différer significativement de ceux contenus explicitement ou implicitement dans de tels énoncés prospectifs. De plus, des facteurs de risque importants pourraient faire en sorte que les hypothèses et estimations de la Société s’avèrent inexactes, et que les actions ou les résultats réels de la Société diffèrent significativement de ceux contenus explicitement ou implicitement dans de tels énoncés prospectifs. Ces risques incluent, sans s’y limiter : a) l’issue des réclamations et litiges en cours et futurs pourrait avoir une incidence défavorable importante sur les activités, la situation financière et les résultats d’exploitation de la Société; b) depuis le 19 février 2015, la Société fait face à un chef d’accusation de corruption en vertu de la Loi sur la corruption d’agents publics étrangers (Canada) (la « LCAPE ») et à un chef d’accusation de fraude en vertu du Code criminel (Canada). La Société est également assujettie à d’autres enquêtes en cours qui pourraient l’exposer à des actions coercitives sur les plans administratif et criminel, à des poursuites civiles, ainsi qu’à des sanctions, à des amendes et à d’autres pénalités, dont certaines pourraient être importantes. Ces accusations et enquêtes, ainsi que leur issue, pourraient nuire à la réputation de la Société, donner lieu à une suspension, à une interdiction ou à une radiation visant à empêcher la Société de participer à certains projets, réduire ses produits et son résultat net et avoir une incidence défavorable sur ses activités; c) toute nouvelle réglementation pourrait avoir une incidence défavorable importante sur les résultats de la Société, et l’inconduite ou le non-respect des lois anticorruption ou autres lois ou règlements gouvernementaux par un employé, un agent ou un partenaire pourrait nuire à la réputation de la Société, réduire ses produits et son résultat net, et l’exposer à des actions coercitives en matière administrative et criminelle et à des poursuites civiles; d) une dévaluation de l’image publique de la Société pourrait influer sur sa capacité à se voir attribuer des projets à l’avenir; e) les contrats à prix forfaitaire ou l’incapacité de la Société à respecter l’échéancier contractuel et les exigences de rendement ou à exécuter les projets de façon efficiente peuvent accroître la volatilité et l’imprévisibilité de ses produits et de sa rentabilité; f) les produits et la rentabilité de la Société dépendent en grande partie de l’obtention de nouveaux contrats, facteur sur lequel la Société n’a aucune influence directe, et l’incertitude quant au moment auquel les contrats sont octroyés pourrait avoir une incidence défavorable sur la capacité de la Société à faire correspondre la taille de son effectif à ses besoins contractuels; g) le carnet de commandes de la Société est assujetti à des ajustements et à des annulations imprévus, y compris en vertu de clauses de « résiliation pour raisons de commodité », et ne donne aucune garantie quant aux produits ou à la rentabilité futurs de la Société; h) SNC-Lavalin est un fournisseur de services auprès d’organismes publics et les contrats conclus avec les gouvernements l’exposent à certains risques; i) les activités mondiales de la Société sont exposées à divers risques et diverses incertitudes, y compris des environnements politiques défavorables, des économies étrangères faibles et le risque de change; j) les investissements de la Société dans les investissements de Capital comportent des risques pouvant avoir des répercussions défavorables; k) la Société dépend de tierces parties pour réaliser bon nombre de ses contrats; l) les coentreprises et les partenariats dans lesquels s’engage la Société l’exposent à des risques et à des incertitudes, dont bon nombre sont indépendants de sa volonté; m) la concurrence dans les marchés où la Société est présente pourrait avoir des répercussions défavorables sur ses activités; n) les activités exercées par la Société dans le cadre de l’exécution d’un projet peuvent engager sa responsabilité professionnelle ou sa responsabilité pour des services déficients; o) la Société pourrait être assujettie à des indemnités et à des pénalités pécuniaires relativement aux rapports et aux opinions techniques et professionnels qu’elle fournit; p) la Société pourrait ne pas disposer d’une protection d’assurance suffisante pour répondre à ses besoins; q) le personnel de la Société travaille sur des projets qui peuvent être dangereux de nature et le défaut de maintenir la sécurité sur le lieu de travail pourrait entraîner des pertes importantes et/ou une incapacité à se voir attribuer des projets dans l’avenir; r) l’incapacité de la Société à attirer et à retenir du personnel compétent pourrait avoir des répercussions défavorables sur ses activités; s) les arrêts de travail, les négociations syndicales et autres questions relatives à la main-d’œuvre pourraient avoir des répercussions défavorables sur la Société; t) la Société s’appuie sur des systèmes et des données informatiques dans le cadre de ses activités; une défaillance relative à la disponibilité ou la sécurité des systèmes informatiques ou à la sécurité des données de la Société pourrait avoir des répercussions défavorables sur ses activités et ses résultats d’exploitation; u) toute acquisition ou tout autre investissement peut être assorti de risques et incertitudes; v) toute cession ou toute autre vente d’actifs importants peut présenter des risques et incertitudes; w) l’incapacité éventuelle de réaliser les avantages attendus de l’Acquisition et difficultés sur le plan de l’intégration d’Atkins; x) la hausse de l’endettement découlant de l’acquisition d’Atkins; y) la dépendance envers les filiales relativement au remboursement de la dette découlant de l’acquisition d’Atkins; z) la mobilisation de la garantie aux termes du prêt consenti à SNC-Lavalin Autoroute Holding à un moment inopportun; aa) la capacité de verser des dividendes; bb) la possibilité de coûts d’intégration importants supplémentaires et imprévus découlant de l’acquisition d’Atkins; cc) les obligations au titre des régimes de retraite d’Atkins; dd) une dégradation ou un affaiblissement de la situation financière de la Société pourrait avoir une incidence défavorable significative sur ses activités et ses résultats d’exploitation; ee) la Société pourrait avoir des besoins en fonds de roulement importants qui, s’ils ne sont pas financés, pourraient avoir des répercussions défavorables sur ses activités, sa situation financière et ses flux de trésorerie; ff) l’incapacité des clients de SNC-Lavalin de s’acquitter de leurs obligations en temps opportun pourrait avoir des répercussions défavorables sur la Société; gg) la Société pourrait être tenue de déprécier une partie de son goodwill, et elle pourrait aussi être tenue de diminuer ou de radier la valeur de certains de ses actifs ou de ses investissements, ce qui, selon l’une ou l’autre éventualité, pourrait avoir une incidence défavorable importante sur les résultats d’exploitation et la situation financière de la Société; hh) la conjoncture économique mondiale pourrait avoir des répercussions sur les clients, les partenaires, les sous-traitants et les fournisseurs de la Société et avoir une incidence significative sur son carnet de commandes, ses produits, son résultat net et sa capacité d’obtenir et de maintenir du financement; ii) les fluctuations dans les prix des marchandises peuvent avoir une incidence sur les décisions d’investissement des clients et, par conséquent, exposer la Société à des risques d’annulation, de retard dans les travaux en cours ou de changement dans l’échéancier et le financement des nouveaux contrats, et avoir des répercussions sur les coûts des projets de la Société; jj) les limites inhérentes au cadre de contrôle de la Société pourraient donner lieu à des anomalies significatives à l’égard de l’information financière; et kk) les lois et règlements en matière d’environnement exposent la Société à certains risques, peuvent accroître ses coûts et ses obligations et influer sur la demande pour ses services. La Société met en garde le lecteur que la liste des facteurs qui précède n'est pas exhaustive. Pour plus d’information sur les risques et incertitudes, et sur les hypothèses qui pourraient faire en sorte que les résultats réels de la Société diffèrent des attentes actuelles, se reporter respectivement aux sections « Risques et incertitudes », « Comment nous analysons et présentons nos résultats » et « Jugements comptables critiques et sources principales d’incertitudes relatives aux estimations » du rapport de gestion 2017 de la Société.

Les énoncés prospectifs contenus dans le présent communiqué reflètent les attentes de la Société en date de ce dernier, et sont sujets à changement après cette date. La Société ne s’engage nullement à actualiser publiquement ou à réviser ces énoncés prospectifs, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou autres, sauf si les lois ou les règlements applicables l’exigent.

Partager sur