Articles

Aéroport de Mayotte − Mayotte, France (territoire d’outre-mer)

5 septembre 2014 Europe , France

En 2011, SNC-Lavalin a entrepris un contrat de délégation de service public de 15 ans la chargeant de gérer et d’exploiter l’Aéroport de Mayotte pour l’État français.  Par sa gestion, son exploitation et son aménagement durables de l’aéroport, SNC-Lavalin aide l’État à faciliter l’accès à la région, tout en favorisant les travailleurs locaux et en protégeant l’environnement.

mayotte-inside-thumb.jpg
Nouvelle aérogare, nouvelles compétences dans la région

Pour que l’aéroport puisse s’adapter à la demande fortement accrue, SNC-Lavalin a récemment conçu et construit une nouvelle aérogare où 600 000 voyageurs par année  peuvent transiter. L’aérogare a accueilli ses premiers voyageurs en mai 2014, en présence du président français François Hollande.

Après une visite de l’aérogare, le président François Hollande s’est rendu dans les bureaux de l’aéroport, où il s’est entretenu avec des jeunes employés embauchés par SNC-Lavalin en vertu du programme Emplois d’avenir mis sur pied par l’État français pour procurer une première expérience à des jeunes ayant peu d’expérience professionnelle. La Société a manifesté encore davantage sa détermination à établir des capacités locales en ayant recours à des travailleurs mahorais pour construire l’aérogare, chaque fois qu’elle trouvait les compétences nécessaires.

Un concept novateur en environnement

SNC-Lavalin a mis en pratique les plus récents principes de développement durable pendant la conception et la construction de l’aérogare, contribuant ainsi aux efforts de l’île visant à réduire sa consommation d’énergie. C’est ainsi que l’aérogare est aujourd’hui 40 pour cent plus écoénergétique qu’une installation normale du même genre.

SNC-Lavalin est parvenue à ce résultat au moyen d’éléments de conception écologiques, dont les suivants : chauffer à l’énergie solaire l’eau de pluie recueillie dans un réservoir pour alimenter les sanitaires, et optimiser la ventilation naturelle grâce à des façades et à des toitures conçues pour réguler la température dans certaines parties de l’aérogare.

Partager sur