Articles

À la découverte des leaders du secteur minier : voici Alexandra Almenara

11 février 2019

alexandra-almenara-external-thumb

Nous sommes heureux de poursuivre notre série d’entrevues À la découverte des leaders du secteur minier, qui souligne la diversité au sein de l’équipe de direction des activités du secteur Mines et métallurgie au moyen d’exemples de leadership, d’encadrement et d’expériences personnelles dans cette entrevue avec Alexandra Almenara, directrice générale, Pérou.

Q : Parlez-nous un peu de votre expérience et de comment elle a façonné votre carrière actuelle.

R : À titre de biologiste, j’ai toujours été passionnée par les questions touchant à l’environnement. Lorsque j’ai terminé mes études, je pensais que je travaillerais pour un organisme non gouvernemental (ONG), pas pour une entreprise du secteur minier. Pourtant, mon premier emploi pour le ministère péruvien de l’énergie et des mines a grandement influencé ma perception des industries d’extraction. Dans un pays comme le Pérou où la pauvreté est répandue, l’industrie minière fournit des possibilités de développement. Par exemple, dans les régions montagneuses où sont situés les projets miniers, les collectivités n’ont que rarement accès à l’éducation et à des services de santé, et les infrastructures sont généralement de mauvaise qualité. Lorsqu’une société minière arrive, elle vient soutenir le gouvernement pour la construction d’écoles, d’hôpitaux et de routes, en plus d’offrir un débouché économique autre que l’agriculture. 

Pendant que j’étais à l’emploi du gouvernement, j’ai décidé de poursuivre mes études à l’étranger afin d’obtenir une maîtrise ès sciences en développement durable et en biologie de conservation; j’ai pu y approfondir mes connaissances sur différents aspects découverts dans le cadre de mon travail au ministère. De retour au Pérou, j’ai été embauchée comme consultante en environnement et ai participé à différentes évaluations environnementales, principalement pour des projets miniers. Ce travail m’a amenée à voyager un peu partout au Pérou, mais aussi au Canada, au Panama et au Mexique. J’ai commencé à collaborer à la gestion de projets, d’abord pour divers petits mandats, puis pour de plus gros. 

Je me suis jointe à SNC-Lavalin en 2011 pour développer l’équipe responsable des impacts environnementaux et sociaux; cette équipe est maintenant l’un des services de consultants en environnement les mieux cotés au Pérou. En 2015, on m’a offert le rôle de directrice générale du bureau au Pérou et la responsabilité des secteurs Mines et métallurgie et Pétrole et gaz, un défi de taille qui me tient, encore aujourd’hui, bien occupée. 

Q : Parlez-nous d’un moment clé qui a confirmé vos choix –  la rencontre d’un mentor, une affectation enrichie, une réalisation ou une occasion particulière, par exemple.

R : L’affectation à mon rôle de directrice générale et la prise en charge des équipes d’ingénierie constituent assurément un moment clé. J’avais très peu d’expérience relativement aux projets d’ingénierie et je devais diriger un groupe réunissant non seulement des gens qui me connaissaient déjà, mais aussi d’autres ingénieurs – particulièrement conservateurs – qui ne savaient rien de moi. Inspirer le respect dans un environnement à prédominance masculine représente tout un défi. 

De plus, le secteur des activités d’extraction traversait au même moment une période creuse : les prix des métaux et du gaz étaient bas, et nous avons dû prendre des mesures draconiennes pour que le bureau puisse générer un rendement positif. J’ai dû remercier plusieurs personnes et procéder à des changements organisationnels dans le bureau.

J’aime bien relever quotidiennement de nouveaux défis dans le but d’améliorer nos résultats et de récolter plus de projets; je crois que notre bureau génère de bonnes retombées économiques et s’est forgé une belle réputation au Pérou. 

Q : En tant que femme qui s’est taillé une place de choix dans une industrie à prédominance masculine, comment avez-vous réussi à trouver l’équilibre à différents moments de votre carrière?

R : J’ai encore de la difficulté à trouver le juste équilibre. Je me suis mariée en janvier dernier et, bien que mon époux soutienne sans réserve ma carrière et mes objectifs, il demeure qu’il a quand même besoin de son épouse durant la semaine – ce n’est pas facile de quitter tôt le bureau!

Mais à d’autres moments, je m’assure de mettre la priorité sur notre vie de famille. Mes parents sont à Lima, mais mon frère vit en Italie avec sa femme et mes deux adorables neveux. J’essaie d’aller les visiter au moins une fois par année.

Q : Qui sont vos modèles – masculins ou féminins – et pour quelles raisons?

R : Mes parents font partie de mes principaux exemples. 

Je me souviens d’un moment enrichissant où j’ai pu être témoin des compétences de meneur de mon père. La plus grande partie de sa carrière (plus de 30 ans) s’est déroulée à la bourse de Lima où il assumait les fonctions de directeur général. Un samedi, je l’ai accompagné à son travail alors qu’il allait récupérer ses affaires (je devais avoir autour de 18 ans), quelque temps après l’annonce de sa retraite. Tout à coup, entre 25 et 30 personnes sont entrées dans son bureau et l’ont chaudement remercié, en lui disant qu’ils étaient tous prêts à démissionner et à le suivre, qu’importe où il irait. C’était un homme à la discipline très stricte, mais lors de cet épisode, j’ai pu constater qu’il avait été en mesure de combiner leadership effectif et empathie attentionnée à l’égard de tous ses employés.

Ma mère est très différente, mais est aussi une meneuse, dans la sphère du travail communautaire. Elle est de nature très sensible et offre toujours son soutien aux autres. Elle fait du bénévolat et passe beaucoup de temps à s’occuper de tout le monde. Ses amis se comptent par milliers – tous l’adorent! Elle m’a appris l’importance de l’humilité, et qu’en aidant les autres, on favorise sa propre croissance.

Q : Qui sont les alliés qui ont contribué à orienter vos façons de faire, votre style de leadership, etc.?

R : Mon premier patron et mentor a façonné mon parcours professionnel et mon style de leadership en prenant le temps de me fournir des rétroactions et en m’aidant à prendre le plein contrôle de mes fonctions. À cette époque, j’étais plutôt timide et renfermée. J’avais de la difficulté à exprimer mes opinions, mais il m’a poussée à prendre mon courage à deux mains et à communiquer clairement ce que je pensais. Il m’arrive encore parfois d’hésiter, mais Jorge est toujours là lorsque j’ai besoin de conseils. 

Plusieurs collègues au sein de notre équipe à SNC-Lavalin ont également été des sources d’inspiration, tout spécialement ceux des Ressources humaines. On ne m’a jamais dit « tu ne peux pas faire ceci » ou « tu n’y arriveras pas ».  

Un groupe que j’apprécie particulièrement est l’association Women in Mining (WiM), qui permet d’accéder à un important réseau de contacts dans le secteur, mais où j’ai aussi trouvé de nombreuses alliées. J’y partage plein de choses dont je ne peux pas toujours parler avec les gens au bureau, par exemple, des décisions difficiles à prendre. C’est un peu comme une sororité où l’on peut trouver du soutien, surtout lorsqu’il est question de sujets qui concernent les femmes en particulier.

« Ce n’est pas facile d’être une femme dans un rôle de direction.  Plus j’en apprends sur ce qui caractérise le leadership féminin, plus je découvre que les obstacles, les perceptions et les doutes auxquels nous devons faire face en tant que femmes sont partout pareils. »


J’ai découvert que l’ostracisme n’est pas intentionnel et, conséquemment, je ne réagis pas de façon agressive. Je garde le silence et j’écoute, pour ensuite expliquer ma position aux hommes dont la manière de penser est, disons, traditionaliste. Ce n’est pas entièrement de leur faute; la culture machiste est très présente en Amérique latine.

Q : Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes qui entreprennent une carrière en science, technologie, ingénierie et mathématiques (STIM)?

R : Soyez fidèles à vos passions! Si l’idée de choisir une carrière en STIM vous tient à cœur, foncez. Si vous êtes passionnée par ce que vous faites, vous trouverez la réussite sur votre chemin.

Partager sur