Articles

L’Innovation sous des cieux violets

14 août 2017

SNC-Lavalin a innové avec des projets de matériel roulant à deux endroits très éloignés l’un de l’autre, qui ont maintenant tous deux un nouveau système ferroviaire du nom de Purple Line. Nous enquêtons sur ces projets novateurs qui offrent aux États-Unis et en Thaïlande une alternative plus verte aux déplacements en voiture. 

La ligne Purple Line, une ligne de train léger sur rail de 16,2 miles (26 km) qui instaure une nouvelle connexion est-ouest à travers les banlieues du Maryland de la capitale des États-Unis, est une première à bien des égards.

SNC-Lavalin sert de conseiller en matériel roulant au sein du consortium du projet, qui vise à livrer un nouveau système ferroviaire pour 2022, pour encourager les passagers et voyageurs en tous genres à laisser leur voiture au profit d’une option plus écologique et pratique.

Aux États-Unis, la voiture familiale est la plus grande source d’émissions des ménages et représente 18 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre au pays.

Un PPP d’une valeur d’environ 2 milliards de dollars, la Purple Line comptera 21 stations et reliera quatre stations de métro de la Washington Metropolitan Area Transit Authority (WMATA), les services ferroviaires du Maryland Area Regional Commuter (MARC) et de l’Amtrak, et les services d’autobus locaux.

Le matériel roulant fabriqué par CAF, un fabricant d’autorails d’origine espagnole, entrera en service pour les passagers sous la forme d’unités de cinq modules d’environ 140 pieds chacun, pour créer le plus long train léger sur rail aux États-Unis.

Notre équipe sait qu’il s’agit d’un projet à haute visibilité formidable qui aura un fort impact

Murphy Madison

Gestionnaire de programme, Matériel roulant

Sortir des sentiers battus

viewpoint-purple-line-inside-1.jpgLes partenaires sont sortis des sentiers battus lorsqu’ils ont présenté leur offre gagnante pour le projet. Tandis que la concurrence proposait une unité à deux voitures, les vainqueurs ont proposé des trains plus longs, mais moins nombreux.

Cela se traduit par une réduction de 50 % du matériel roulant requis, et par des économies de construction – les quais des stations seront plus courts, et les économies s’accumuleront tout au long des trente années d’exploitation prévues.

Murphy Madison, gestionnaire de programme pour le contrat de Conseiller en matière de matériel roulant du projet, dit : « Notre équipe sait qu’il s’agit d’un projet à haute visibilité formidable qui aura un fort impact. »

« SNC-Lavalin y joue un rôle clé. Bien que les véhicules ne représentent que 10 % du coût total, ils ont une importance primordiale, alors nous aurons une grande influence sur le succès du projet. »

La Maryland Transit Administration exige que la nouvelle ligne ferroviaire relie les banlieues – y compris Bethesda et Silver Spring – et serve de nouvelle option de transport en commun pour l’University of Maryland, avec des connexions avec le système de métro de Washington, les services ferroviaires du MARC, et le réseau ferroviaire national d’Amtrak.

« Le plus grand défi est posé par toutes les interfaces du projet », explique Murphy.

« Normalement, plusieurs des facteurs seraient déjà fixés; par exemple, la voie ferrée et les stations auraient déjà été construites. »

« Mais dans ce cas, tout est construit en même temps, et tout est en mouvement; la voie ferrée et la caténaire en sont au stade de la conception, et il faut faire communiquer entre eux différents groupes en même temps. Tout change constamment, et le véhicule n’est pas encore conçu. »

Ne pas échapper les balles en jeu

La conception des véhicules ferroviaires et l’approbation de leurs spécifications prendront plus d’un an, et laisseront place à la phase de construction. D’après Murphy, tous les acteurs du projet ont « beaucoup de balles en jeu ».

Le rôle de SNC-Lavalin consistera à offrir ses conseils sur les aspects de sécurité, les freins, la climatisation et la propulsion du nouveau véhicule, les systèmes électriques et de communications, en plus d’assurer que les différents systèmes du train « parlent » entre eux et avec le centre de contrôle du chemin de fer. L’entreprise effectuera aussi des visites à l’usine pendant la construction du train pour mener des essais et des inspections de qualité. Après la livraison des véhicules sur place au Maryland, SNC-Lavalin supervisera la mise en service des véhicules pour la préparation de l’inauguration.


Bangkok, en Thaïlande, avec ses avenues embouteillées, connaît de sérieux problèmes de pollution.

Depuis le mois d’août 2016, cependant, les gens ont une option plus écologique que leur voiture pour se rendre au travail, sous la forme du service rapide de la ligne Purple Line de 23 km. Cette ligne relie les banlieues du nord-est de la ville à proximité de la Blue Line actuelle, sur le système de transport rapide de masse de la ville.

Environ 22 000 passagers utilisent le nouveau système de transport chaque jour, et on s’attend à une augmentation du nombre de passagers dans les années à venir.

L’un des grands défis du projet était associé à son échéancier serré : mettre en service les trains de passagers à peine 30 mois après la signature du contrat.

Travailler ensemble

viewpoint-purple-line-inside-2.jpgDes experts de SNC-Lavalin ont été engagés pour venir en appui au fabricant japonais Japan Transport Engineering Company (J-Trec) pour la conception, la fabrication et la mise en service des nouveaux trains à trois voitures de la ligne Purple Line – le premier projet ferroviaire de SNC-Lavalin en Thaïlande.

D’un point de vue stratégique, le projet revêtait une grande importance pour SNC-Lavalin, servant à démontrer ses capacités dans un pays qui prévoit de nouveaux investissements importants dans le secteur ferroviaire pour la prochaine décennie et plus encore.

Jusqu’à 15 employés à temps plein de SNC-Lavalin, supervisés depuis le bureau de Sydney en Australie, ont participé au projet. En plus de collaborer étroitement avec J-Trec, l’équipe a travaillé de concert avec les entreprises suivantes : Toshiba, qui fournissait les systèmes de traction; STE, une entreprise de systèmes de communications de Singapour; Bombardier, qui a fourni les systèmes de conduite automatique des trains et de signalisation; Meidensha, une entreprise d’alimentation électrique; et ITD, entrepreneur en ingénierie civile.

Dave Bracken, conseiller principal de l’équipe de SNC-Lavalin, a travaillé à Bangkok et avec le fabricant de train à Yokohama au cours du projet. « Travailler avec le client japonais a été une expérience unique pour toutes les équipes », dit-il.

« Bien que le Japon possède une industrie ferroviaire très bien développée, rares sont les Occidentaux qui ont la chance d’y participer. J’ai énormément aimé travailler coude à coude avec les ingénieurs japonais, et de collaborer avec les clients thaïlandais pour s’entendre sur la manière dont le système allait fonctionner a été une expérience très satisfaisante. »

Puisque le matériel roulant avait besoin de certains systèmes complexes pour fonctionner sur ce nouveau chemin de fer, il a été essentiel d’approcher la conception et la fabrication avec beaucoup de discipline. Le dernier projet international de J-Trec remontait à dix ans, et Dave commente : « J-Trec a grandement apprécié notre aide pour les aspects de gestion et de négociation de ce projet d’ingénierie international. »

Notre aide a été grandement appréciée sur ce projet d’ingénierie international

Dave Bracken

Conseiller principal

Bouillon de culture

Les équipes du projet étaient composées d’une grande variété de personnes issues de cultures différentes, et la communication entre les collègues du Japon, de la Thaïlande, de Singapour, d’Australie, du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni et d’Afrique du Sud posait un défi de plus.

SNC-Lavalin a mis à profit son expertise en matière de facteurs humains pour mener une révision indépendante de l’ergonomie de l’intérieur du véhicule.

La cabine de conduite a été rendue plus conviviale, et l’équipe des facteurs humains a également revu les plateformes, les zones de passagers et les passerelles. Bien que les trains de la Purple Line soient entièrement automatisés, il y a des conducteurs à bord et les parties prenantes voulaient s’assurer que leur environnement de travail soit plus confortable que celui qu’on observe sur les trains existants.

Les spécialistes de SNC-Lavalin pour le projet provenaient des équipes Transports collectifs et ferroviaires; dynamiques des véhicules; facteurs humains; mise à la terre et métallisation (division d’ingénierie électrique); et systèmes électriques, mécaniques et de communications. Un expert en bruit et vibration de l’équipe Environnement et géosciences était également impliqué.

Partager sur